Ce que Liu Bang nous apprend sur le leadership

Photo by Vincent Guth on Unsplash

Han Gaozu, est l’empereur qui unifia l’empire chinois. Il est le fondateur de la plus célèbre dynastie d’empereurs de l’empire du milieu, la dynastie Ming.

Comment a t’il réussi ce tour de force, lui qui était issue de la classe populaire?

Grâce à un leadership d’une efficacité rare, et je vous propose d’en découvrir un aperçu à travers une parabole, trouvée au détour d’un livre.

Liu bang organisa un somptueux banquet pour célébrer sa grande victoire et invita le maître Chen Cen qui l’avait conseillé pendant la campagne. Chen Cen invita trois de ses disciples. Ces derniers se trouvèrent perplexes face à une énigme au coeur de la cérémonie.

Lorsque le maître leur demanda de développer leurs propos, ils déclarèrent que l’empereur était assis à une table centrale avec 3 membres de son conseil : Xiao He, qui gérait magistralement la logistique ; Han Xin, qui dirigeait brillamment les opérations militaires, remportant chaque bataille qu’il menait ; et Chang Yang, si doué pour la diplomatie qu’il pouvait obtenir que les gouverneurs se rendent avant même que la bataille ne commence.

Ce que les disciples avaient du mal à comprendre, c’était l’homme en tête de table, l’empereur lui-même.

« Liu Bang ne peut pas se proclamer de noble naissance, prétendaient-ils, et ses connaissances en logistique, art de la guerre et diplomatie n’égalent pas celles de ses conseillers. Comment se fait-il qu’il soit empereur? »

Le maître sourit et leur demanda : “ qu’est ce-qui détermine la force de la roue d’un char ?
- N’est-ce pas la robustesse des rayons ? Répondirent ils ?
- Alors comment se fait-il que deux roues composées de rayons identiques diffèrent par leur force ? Demanda le maître. Voyez au-delà de ce qui est visible. N’oubliez jamais qu’une roue est faite non seulement de rayons mais aussi de l’espace entre les rayons. Des rayons robustes mais mal positionnés donnent une roue faible. La pleine exploitation de leur potentiel dépend de l’harmonie entre eux. La force d’une roue bien conçue réside dans la capacité de l’artisan à concevoir et à créer l’espace qui tient et équilibre les rayons à l’intérieur de la roue. Réfléchissez maintenant : qui est l’artisan ici ? ”

Après un long silence, l’un des disciples demanda :

-Mais maître, comment l’artisan garantit-il l’harmonie entre les rayons ?
-Pensez à la lumière du soleil, répondit le maître. Le soleil nourrit et vivifie les arbres et les fleurs. Il le fait en offrant sa lumière. Et finalement, dans quelle direction poussent-ils? Il en va ainsi avec un maître artisan comme Liu Bang. Après avoir placé les hommes là où leur potentiel est pleinement exploité, il garantit l’harmonie entre eux en leur attribuant tout le mérite de leurs réussites respectives.
Et enfin, de même que les arbres et les fleurs poussent en direction du soleil, les hommes croissent, tournés vers Liu Bang avec dévotion. »

Le coaching est l’art de faire ressortir le potentiel de chacun. Ce génie unique et personnel dont chacun de nous dispose.

L’art du leadership, lui, est de placer les bons potentiels, au bon endroit, pour qu’ils puissent s’y épanouir.

Coach-Consultant / Entrepreneur/ Montagnard🏔 Je suis un passionné de performance et de potentiel humain www.quentinviard.com

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store